Le Japon Cuisine Le Maître de Sushis  
     Les petits restaurants  

Se restaurer au Japon n'est pas difficile. Comme partout ailleurs, il existe toutes sortes de restaurants proposant tous les prix, y compris ceux que la morale réprouve.

Les visiteurs inquiets qui, au début, opteront pour des cuisines déjà connues, indo-pakistanaise notamment (sans parler des hamburgers), découvriront vite l'avantage des petits restaurants japonais, ceux que fréquentent les étudiants ou les salary-men. On y est toujours bien accueilli et on peut y faire un repas pour 800 à 1200 ¥.


Les petits restaurants sont nombreux au Japon. On les trouve dans les passages couverts et galeries commerciales, les gares (mais que ne trouve-t-on pas dans une gare japonaise ?) et leurs abords, les grandes rues comme les petites.

Ils permettent de se restaurer rapidement et à bon marché. La cuisine est quelquefois surprenante, mais excellente la plupart du temps.

Il y a des restaurants spécialisés dans certains domaines, notamment le poisson.


Les restaurants se repèrent grâce à leur lanterne rouge et/ou le rideau sous lequel on doit passer pour entrer. Il ne faut pas hésiter à passer la tête à l'intérieur pour humer l'atmosphère avant de s'attabler.

Certains établissements ne sont guère plus grands qu'un placard : on y mange sur le comptoir qui sépare la salle de la cuisine et il faut parfois sortir dans la rue et rentrer par une autre porte pour payer à la caisse. Car on ne paye jamais à la table, mais toujours à une caisse. On ne laisse pas de pourboire.

Souvent, des tatamis sont à la disposition des groupes de quatre convives. Bien sûr, il faut se déchausser avant de fouler le tatami.


Jouxtant la porte, une vitrine expose une reproduction en plastique des plats proposés, et indique les prix. Le plaisir de la cuisine japonaise est d'abord pour les yeux !

Sans lire le japonais, on ne peut pas toujours deviner la composition exacte, ni si elle sera servie chaude ou froide. Comment alors indiquer son menu ? Il y deux possibilités :




Situé dans le quartier de Shimbashi à Tokyo, ce restaurant plutôt chic est un kaitensushi (ou mawarisushi) : des soucoupes garnies chacune d'un sushi y défilent en boucle fermée sur un tapis roulant. Vous n'avez qu'à attraper celle qui vous plaît ! L'addition se calcule tout simplement en comptant les soucoupes.


On rencontre quelquefois dans les rues ces petites gargottes où l'on peut tromper sa faim en avalant une soupe de nouille. Des sans-le-sou semblent y faire également leur repas, sous l'œil insolent de l'enseigne de l'autre coté de la rue.



Le Japon Cuisine Le Maître de Sushis  
     Les petits restaurants  
Marc.Zirnheld@teaser.fr